Bonsoir à tous et merci d’être venus si nombreux.

En vous voyant ce soir je mesure la chance que j’ai, d’abord d’être candidat sur ce territoire, notamment dans cette ville que j’aime tant mais surtout de bénéficier de votre soutien, amis, famille et militants.

Même si actuellement ce n’est pas à la mode je voudrai remercier mon parti, d’abord mes amis du cercle qui m’ont élu à l’unanimité pour les représenter, ensuite le national pour m’avoir investi et misé sur moi. Si cela en a surpris plus d’un cette candidature est devenue pour moi une évidence. Une évidence parce que j’ai pu y constater l’attente, l’espérance des habitants de cette circonscription, d’une représentation renouvelée, rajeunie et efficace. Chacun, qu’il soit étudiant, ouvrier, employé ou agriculteur doit pouvoir accéder à l’Assemblée et y côtoyer les autres classes sociales dans leur diversité. Nos concitoyens demandent à être entendus, écoutés et souhaitent que leur parole soit enfin portée.

Mon engagement politique est récent, il a débuté en 2014 au sein du Parti Radical de Gauche, j’y suis venu un peu par hasard, j’y suis resté par conviction. Convaincu par un idéal profondément européen, humaniste, laïque et progressiste et par des propositions toujours à l’avant-garde sur les sujets de société notamment concernant le mariage pour tous, le droit de mourir dans la dignité.

Une fois élu député, je ne serai pas dans une opposition systématique et dogmatique. Je serai un député libre. Comme j’ai déjà pu le dire, je voterai les textes qui me semblent bons pour la population et ne regarderai pas s’ils sont de gauche ou de droite. En revanche mes propositions seront orientées par un souci d’égalité des chances de justice sociale, d’emploi et de développement durable, mais surtout par une volonté de concilier le désirable et le possible comme pouvait le dire Aristide Briand.

Oui j’ai des points d’accord avec le programme d’Emmanuel Macron, je ne m’en cache pas. Sur l’école, le remboursement des lunettes, des prothèses dentaires et auditives je suis pleinement d’accord. Concernant la réduction du nombre de fonctionnaires, l’exonération de taxe d’habitation pour 80% des assujettis, le plafonnement des indemnités prud’hommales je suis en opposition.  De plus les nominations d’Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin démontrent une orientation économique qui n’est pas la mienne. S’il est progressiste Emmanuel Macron devra regarder sur sa gauche et devra chercher à rassembler, à gouverner à gauche.

Une fois élu député je m’engage à une totale transparence vis-à-vis de mes concitoyens, en ce sens j’effectuerai 3 réunions bilan par an, une dans chaque canton de la circonscription afin de présenter mes travaux, expliquer mes choix et relayer vos attentes.

Beaucoup s’attendaient à une candidature de témoignage, ce fut une candidature de combat, notre présence tous les jours sur le terrain depuis le 24/04 l’a prouvé.  Ce programme est le fruit d’un travail collectif mais surtout le rassemblement de nos valeurs, concrétisé par un slogan « Une gauche audacieuse, un territoire d’avenir »

Qu’est ce que c’est ?

Une gauche audacieuse c’est une gauche qui n’a pas peur de l’Europe, tout en étant consciente qu’il reste des défis à relever.  C’est une gauche qui croit en une Europe fédérale, qui souhaite un approfondissement des traités avant tout élargissement, qui veut mettre fin à la concurrence stérile entre les Etats membres. C’est une gauche solidaire souhaitant une harmonisation de la politique économique, sociale et fiscale européenne. C’est un attachement sans équivoque aux 2 piliers de la construction européenne que sont la solidarité et la paix. Concernant la solidarité je rappelle que les 2 principaux budgets de l’UE y sont consacrés à travers la politique de cohésion économique sociale et environnementale et de la PAC (Politique agricole commune). Cette solidarité a permis 3 principales avancées : la libre circulation des personnes, la coordination des sécurités sociales et l’établissement de règles sociales communes. Si en France nous étions en avance et que cela ne s’est pas vu, dans d’autres pays l’UE a permis la mise en place d’une rémunération minimum, de droits pour les salariés. Voilà ce qui me fait dire qu’être européen, c’est comme être de gauche, c’est penser aux autres avant de penser à soi. Concernant la paix, l’Europe a permis depuis sa création en 57 la fin de tout conflit entre les Etats membres de l’Union, mais sur ce sujet le plus dur reste à faire. Dans ce sens je m’engage pour une politique extérieure et de défense commune, le défi du terrorisme nous prouve chaque jour l’inefficience du repli sur soi dans ces domaines.

Ce repli sur soi par lequel beaucoup sont tentés ici, notamment en pointant du doigt les travailleurs détachés. Et je le dis, sur ce sujet beaucoup se trompent de combat. Sous cette appellation on retrouve trois types de travailleurs :

– les travailleurs détachés, payés au SMIC et dont les charges sociales sont inférieures de 20% en moyenne / aux français qui seraient environ 300000 en France. Les secteurs les plus touchés e sont le domaine routier et le bâtiment.

– les stagiaires, comme les 1500 polonais qui sont aux chantiers qui sont payés comme n’importe quel stagiaire français 517 euros

– le travail illégal.

3 choses à savoir, dans le cadre de la directive Bolkestein de 1996, entrée en vigueur en 2015 le travailleur détaché doit être payé au salaire minimum du pays d’accueil et il a droit à la même protection sociale. Dans ces conditions le dumping est faible. Autre élément à ne pas oublier c’est que la France détache aussi des travailleurs, environ 250000 dont il faut reconnaitre l’opportunité. De plus il faut se demander si en termes de savoir-faire ces travailleurs concurrencent réellement nos ouvriers qualifiés des chantiers. Enfin le principal souci n’est pas le détachement de ces travailleurs mais la fraude organisée des entreprises. En effet nombre de ces travailleurs ne sont pas déclarés, pas protégés et se retrouvent en grande précarité car les Etats membres ne contrôlent pas assez les entreprises. Une fois élu je ne supprimerai pas cette directive, je m’attacherai à lutter contre la fraude pour que ces travailleurs soient déclarés, pour qu’ils ne soient plus exploités.

Un mot concernant nos chantiers, où la situation est assez paradoxale. Nos chantiers sont en vente alors que le carnet de commande est plein. Malgré leurs réels efforts, le projet de Fincantieri suscite encore quelques doutes notamment sur l’avenir de nos chantiers sur le long terme. En ce sens je me réjouis de l’éventuelle renégociation du pacte d’actionnariat. J’espère que les armateurs tels que MSC ou RCCL y trouveront toute leur place, on le sait le domaine de la construction naval est un domaine qui fonctionne sur une relation de confiance entre l’armateur et le constructeur. Il m’apparait donc vital pour la santé de nos chantiers et l’emploi de nos ouvriers nazairiens de les associer.

Concernant l’emploi mon projet est très clair, la croissance ne peut se faire sans l’entreprise et pour cela il faut les accompagner, mais pas n’importe comment et ni dans n’importe quelles conditions. Le CICE a été un échec, il s’est adressé principalement aux grandes entreprises qui n’ont pas respecté leurs engagements et n’ont pas permis ce retour à un emploi durable.

Or plus de 90% de nos entreprises sont des TPE/PME c’est donc à elles que je souhaite m’adresser car elles sont le poumon de notre économie. Ce plan comporte 4 points :

-Faciliter le recrutement de ressources humaines pour aider les TPE à se développer. Pour ce faire, consolider les dispositifs prévus pendant le quinquennat en faveur de la première embauche (charges sociales très réduites pendant deux ans) notamment à l’issue d’un contrat d’apprentissage, mais aussi pour toute nouvelle embauche (puis 3e puis 4e etc. salarié).

 

-Revoir les outils de garantie et de cautionnement,

– Faciliter le financement des TPE en : investissant 15% de l’assurance-vie dans les TPE, étendant aux TPE le dispositif   « compte entrepreneur-investisseur » des start-up

– Stimuler le secteur du bâtiment par : -un programme de rénovation thermique et de mise en accessibilité des bâtiments publics comparable au dispositif intéressant les bailleurs sociaux via un financement par des emprunts de très long terme (CDC).

Enfin Faciliter l’accès des TPE aux appels d’offres des marchés publics, dont une partie devra leur être réservée.

Si le combat pour l’emploi est la 1ère de mes priorités, mon projet parce qu’il est radical est à l’avant-garde sur de nombreux sujets.

D’abord sur ce que j’appelle les droits nouveaux où il est nécessaire de mettre fin à cette hypocrisie concernant la légalisation du cannabis, le droit de mourir dans la dignité, la procréation médicalement assistée ainsi que le droit de vote des étrangers.

Sur le cannabis, légalisation tout simplement pour enrayer les trafics, et dans un objectif de santé publique. Voilà des années que la politique répressive ne fonctionne pas, je propose une fois élu député de rendre le rendre légal en instaurant un monopole d’Etat. Le cannabis serait vendu en bureau de tabac avec un prix ni trop fort qui pourrait encourager les réseaux souterrains ni trop faible qui normaliserait la consommation.

Ensuite je suis favorable à une nouvelle loi sur la fin de vie, celle-ci reconnaitrai pleinement l’euthanasie mais aussi le suicide assisté. Il est nécessaire que demain ce soit le patient et non plus le médecin qui choisisse la fin de vie. Pour la PMA assisté je suis favorable à son extension à toute les femmes indépendamment de leur orientation sexuelle et de leur situation maritale. Enfin concernant le droit de vote des étrangers je trouve intolérable qu’un marocain vivant en France depuis 10, 20, 30 y fonde sa famille, y paye ses impôts mais ne puisse voter aux élections locales tandis qu’un roumain qui y vit depuis 3 ans lui le peut.

Une gauche audacieuse, c’est une gauche qui se bat tous les jours pour l’égalité femmes-hommes et nous le prouvons bien car nous sommes le seul parti de France à avoir plus de candidates que de candidat, nous sommes également un des rares parti ayant une femme à notre tête. C’est une gauche qui se battra à l’assemblée nationale, pour l’égalité salariale réelle entre les femmes et les hommes, pour la reconnaissance d’utilité publique de l’IVG.

Voter pour un candidat radical de gauche c’est croire en la République, c’est un attachement sans équivoque à la laïcité dans l’esprit de 1905, loi d’essence républicaine car :

  • C’est une loi de liberté, elle permet à chacun d’exercer son culte
  • C’est une loi d’égalité, car elle ne différencie aucun culte
  • Enfin une loi de fraternité car elle permet le vivre ensemble.

C’est une croyance sans faille en l’école républicaine, qui doit être renouvelée notamment par la réduction des effectifs dans les classes des quartiers prioritaires. C’est une espérance en la culture sujet peu abordé dans cette campagne qui doit être accessible et émancipatrice pour tous, pour cela je propose de passer le budget à 2% du PIB

Voter pour un candidat radical, c’est protéger nos services publics, nos hôpitaux en augmentant les effectifs en interdisant les partenariats publics privé dans le domaine de la santé. C’est également un attachement au logement, notamment au logement social qui doit demeurer accessible à tous. Je regrette d’ailleurs qu’il n’y ait plus de ministère consacré à cette question ô combien importante.

C’est aussi voter pour le développement durable pour la transition énergétique, en ce sens nous souhaitons une sortie progressive du nucléaire qui ne sera jamais la clé de notre indépendance énergétique, pour la simple et bonne raison que l’uranium qui les fournis doit être importé. Si nous souhaitons notre indépendance énergétique nous devons nous tourner vers les énergies renouvelables notamment les EMR !

Enfin voter pour nous les 11 et 18 juin, c’est un attachement à la lutte contre les discriminations, c’est une croyance en notre modèle social, en notre vivre-ensemble, en notre capacité de faire France peu importe notre origine sociale, notre appartenance religieuse ou ethnique. Ma France, est métissée, laique, ouverte, solidaire, ma France ne repose pas sur une idée de souche ni sur une dépendance gauloise. Ceux qui nient cela ont beau s’appeler « Front National », ils ne sont pas patriotes, ils ne sont ni la République, ni la France !

Dimanche la balle est dans votre camp, je compte sur vous, convainquez vos amis, votre famille, votez pour une gauche audacieuse et pour un territoire d’avenir !

Please follow and like us: